Les rickettsioses

image_pdfimage_print

Les Rickettsia sont de très petites bactéries et se composent à ce jour de multiples espèces et de dizaines de souches encore mal connues. La majorité de ces bactéries est associée à une tique qui leur sert de vecteur et souvent de réservoir. Les Rickettsia sont à l’origine de bon nombre de maladies émergentes, potentiellement mortelles.
Les Rickettsiæ se multiplient fréquemment à leur point d’inoculation pour donner une escarre.

En France métropolitaine différentes espèces de Rickettsia peuvent être rencontrées, mais le pouvoir pathogène de nombreuses espèces de Rickettsia demeure encore inconnu.

On emploie le terme de rickettsioses pour l’ensemble des maladies causées par les bactéries de l’ordre des Rickettsiales, et inoculées par des arthropodes. Ces maladies ont une incubation moyenne de 6 à 10 jours et se déclarent par un intense syndrome grippal associant une fièvre élevée d’installation brutale, céphalées, arthralgies, myalgies, nausées, vomissements. Non traitée, cette fièvre peut durer plusieurs semaines avec des céphalées, des malaises, un état de prostration.
Une éruption cutanée maculeuse peut se généraliser. L’observation de cette éruption oriente a priori vers une rickettsiose ; surtout si elle est associée à la découverte d’une escarre d’inoculation (cette tache noire est très fréquente, excepté dans la fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses), ou si le patient relate une morsure d’arthropode survenue dans une zone d’endémie.

Des complications graves peuvent survenir si le traitement tarde à être mis en œuvre. Le diagnostic de rickettsiose repose d’abord sur des données cliniques et surtout épidémiologiques (saison, séjour en zone d’endémie, espèce de tique vectrice, chien, profession).

1. Ressources