Les référents n’assurent pas un service complet par manque de bénévole, voici des informations pour vous orienter

Choisissez le cas qui se rapproche le plus de vous et cliquez sur le lien :

  1. Vous venez de vous faire mordre par une tique : cliquez ici
  2. Vous avez une marque rouge sur le corps mais vous ne savez pas quel insecte vous a mordu : cliquez ici
  3. Vous vous êtes fait mordre il y a plusieurs jours et vous avez un érythème migrant : cliquez ici
  4. Que faire aux urgences suite à une morsure de tique ? Cliquez ici
  5. Vous vous êtes fait mordre il y a plusieurs jours/semaines et vous avez des symptômes inhabituels : cliquez ici
  6. Vous avez lu un article, un livre ou discuter avec une personne de la maladie de Lyme et vous vous reconnaissez dans la description : cliquez ici
  7. Les conseils pour tous : cliquez ici
  8. Déclarez les morsures de tiques pour aider la science : cliquez ici
  9. Vous échangez avec nous et vous avez une nouvelle question : cliquez ici
  10. Vous cherchez un médecin formé aux maladies à tiques : cliquez ici

Notre association est indépendante grâce à vos dons et cotisations. Pour continuer : adhérez à notre association par internet ou par courrier postal et vous recevrez des informations mensuelles. Cliquez sur ce lien


Nous considérons que vous avez lu notre site internet en entier car il contient la plupart des réponses à vos questions sinon suivez ce lien : Cliquez sur ce lien

Et les documents de base sont ici : Cliquez sur ce lien
Ils sont la référence de base à connaître pour comprendre la difficulté à se faire soigner.


Cas 1 : Vous venez de vous faire mordre par une tique

Pas de panique, toutes les tiques ne transportent pas des pathogènes pour l’homme. Ce qui doit déterminer le traitement, ce sont les symptômes.

Après avoir retiré la tique correctement avec un tire-tique, rien de systématique, pas de symptôme, pas de traitement.

–<< Que faire suite à une morsure de tique ? >>– Toutes les infos sous le lien ci-dessous :

Sans signe local (érythème migrant) ou général (symptômes disséminés), le texte court et officiel (50 pages) de la HAS de Recommandation de Bonne Pratique de Juin 2018 ne préconisent pas de traitement préventif sur une morsure (en page 9).

Lien de téléchargement du texte de la HAS, la Recommandation de Bonnes Pratiques (RBP), version 50 pages : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-06/reco266_rbp_borreliose_de_lyme_cd_2018_06_13__recommandations.pdf

HAS

Nous vous conseillons d’imprimer le document des RBP et d’aller avec chez votre médecin traitant pour qu’il soit informé de la morsure de tique et qu’il prenne connaissance du texte de la HAS.

–<< Combien de temps faut-il être attentif ? >>–
Sans symptôme, pas de traitement.
Par contre, il y a besoin de surveiller tout symptôme inhabituel, même des mois après.


Cas 2 : Vous avez une marque rouge sur le corps mais vous ne savez pas quel insecte vous a mordu

Vous avez une marque qui ressemble à l’une de ces photos

-> ça peut-être un érythème migrant dû à une morsure de tique

-> ça peut-être une rougeur / un érythème dû à une piqûre de moustique ou d’un autre insecte

Une écharde dans la peau va créer une petite rougeur qui s’appelle aussi un érythème mais celui-ci ne grandit pas. Il n’est pas signe d’infection à tique.

Pour un moustique ou autre insecte, la rougeur disparaît en quelques heures.

Pour un érythème migrant, la rougeur peut rester jusqu’à un mois pour s’effacer toute seule. C’est la différence qui doit vous faire penser que ça peut -être une tique.

Une morsure de tique va être souvent indolore.

Que faire ? Surveiller !


Cas 3 : Vous vous êtes fait mordre il y a plusieurs jours et vous avez un érythème migrant

Vous avez vu la tique et un érythème migrant

Vous imprimez le texte et vous allez chez votre médecin traitant.

Lien de téléchargement du texte de la HAS, la Recommandation de Bonnes Pratiques (RBP), version 50 pages : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-06/reco266_rbp_borreliose_de_lyme_cd_2018_06_13__recommandations.pdf

HAS

En page 13 du texte officiel (50 pages) de la HAS des RBP de juin 2018, vous pourrez constater qu’il y a des recommandations de traitement en cas d’érythème migrant.

Quitte à prendre un antibiotique, il est préférable de prendre de la Doxycycline qui a une action contre plusieurs pathogènes portés par les tiques.

–<< Questions à vous poser … >>–

Est-ce que la dose de mon ordonnance correspond au conseil donné dans les RBP en page 13 ?

Sinon nous vous conseillons de retourner avec chez votre médecin traitant avec le document et d’insister pour avoir la bonne prescription.

Si il refuse, vous pouvez aller chez un autre médecin.


Infos 4 : Que faire aux urgences suite à une morsure de tique ?

Le même document « Que faire aux urgences suite à une morsure de tique ? » en format PDF


Cas 5 : Vous vous êtes fait mordre il y a plusieurs jours/semaines et vous avez des symptômes inhabituels

Les maladies vectorielles à tiques déclenchent un panel de symptômes très vastes. Ils sont facilement associés à une autre affection.

En page 14 et suivantes du texte officiel (50 pages) de la HAS des RBP de juin 2018, il y a la description des formes disséminées précoces et les préconisations de traitement en fonction des atteintes.

Nous vous conseillons d’imprimer le document des RBP et d’aller avec chez votre médecin traitant.

Lien de téléchargement du texte de la HAS, la Recommandation de Bonnes Pratiques (RBP), version 50 pages : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-06/reco266_rbp_borreliose_de_lyme_cd_2018_06_13__recommandations.pdf

HAS

Nous vous conseillons de chercher un médecin qui se soit formé aux maladies à tiques. La plupart des formes aigües bien traitées et rapidement sont enrayées au plus tôt.

La difficulté est d’arrêter une forme chronique une fois qu’elle s’est mise en place sur plusieurs années. Les professionnels ayant une vision globale du corps en intégrant différentes pratiques dans une orientation de médecine nutritionnelle et fonctionnelle ou d’information sont les plus à mêmes de créer des protocoles avec succès.


Cas 6 : Vous avez lu un article, un livre ou discuté avec une personne de la maladie de Lyme et vous vous reconnaissez dans la description

Le service des référents aide à sortir de l’errance liée aux diagnostics des maladies vectorielles à tiques.

Notre association est constituée de bénévoles tout comme les autres associations en France.

Par manque de bénévole, le service d’aide à sortir de l’errance, les référents, ne donne plus de nom de médecin. Le service reçoit 300 demandes d’aide par mois. Les réponses sont faites sur un certain nombre de courriels choisis en fonction des informations données par le demandeur.

En attendant, nous vous proposons d’en apprendre plus sur le sujet en vous documentant sur notre site internet.


Infos 7 : Les conseils pour tous

L’hygiène de vie est une condition sinequanone : le respect des heures de sommeil, d’une alimentation riche en légumes et équilibrée, d’éviter le sucre, l’alcool, la caféine, d’arrêter de fumer, de faire de l’exercice physique.

Les objectifs sont une très bonne gestion du stress et de stimuler son microbiote (qui fabrique une bonne partie du système immunitaire).

Plus d’infos


Infos 8 : Déclarez vos morsures de tiques

Il est important de déclarer les morsures de tiques via l’application Signalement Tique !


Cas 9 : Vous échangez avec nous et vous avez une nouvelle question

Le service peut recevoir du courrier sur referents@francelyme.fr


Cas 10 : Vous cherchez un médecin formé aux maladies à tiques

Par manque de bénévole, le service d’aide à sortir de l’errance, les référents, ne donne plus de nom de médecin. Le service reçoit 300 demandes d’aide par mois. Les réponses sont faites sur un certain nombre de courriels choisis en fonction des informations données par le demandeur.

Le service peut recevoir du courrier sur referents@francelyme.fr en suivant les indications sous ce lien. (Attention à lire pour avoir une réponse)

Nous vous conseillons de chercher un médecin qui se soit formé aux maladies à tiques. La plupart des formes aigües bien traitées et rapidement sont enrayées au plus tôt.

La difficulté est d’arrêter une forme chronique une fois qu’elle s’est mise en place sur plusieurs années. Les professionnels ayant une vision globale du corps en intégrant différentes pratiques dans une orientation de médecine nutritionnelle et fonctionnelle ou d’information sont les plus à mêmes de créer des protocoles avec succès.

Nous ne le répéterons jamais assez : le point crucial pour s’en sortir, c’est la détoxification du corps. Sur une forme chronique, sans cela, tout sera peine perdue.

Les informations fournies sur ce site sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation qui existe entre le patient (ou visiteur du site) et son médecin.