Les bonnes pratiques avec les animaux de compagnie

Nos animaux de compagnie : chat, chien, lapin, cheval… peuvent servir d’hôtes aux tiques quand ils divaguent dans le jardin, les jardins publics ou les champs. Il est nécessaire de les protéger pour eux mais aussi pour nous.

Les bonnes pratiques au jardin sont indispensables pour assurer un eco-système adapté afin d’éviter au maximum la présence des tiques.

La vigilance s’impose aussi à la maison :

Tire-tique retirant une tique
  • Il est aussi possible de débarrasser la maison de ces tiques transportées par les animaux de compagnie et éliminées par grattage. Il existe des diffuseurs pour l’habitation d’insecticide/ larvicide (puces, tiques, acariens, cafards, fourmis et mites) qui protègent pour plusieurs mois une surface donnée et qui se vendent en pharmacie.
  • Il est plus prudent d’interdire les lits aux animaux de compagnie qui font des sorties régulières.

Pour nos animaux, il existe des produits anti-tiques qui sont les mêmes que les anti-puces.

Ne jamais sous-estimer la faculté des tiques à se placer dans des zones très difficile d’accès. L’inspection de nos compagnons doit être la plus précise possible !

La souplesse du chat lui permet de retirer lui-même les tiques qui ont mordus sauf sur la tête entre les oreilles.

Chez le chien, moins souple, il ne pourra pas atteindre aussi facilement toutes les zones de son corps.

Les tiques vont particulièrement aimer les zones bien vascularisés avec une peau fine (oreilles, abdomen, pattes, …) et au léchage inaccessible.

Les tiques transmettent aux animaux plusieurs maladies graves : piroplasmose, ehrlichioses, rickettiose, anaplasmose, … comme chez l’homme.

La tique retirée proprement avec un tire-tique peut-être envoyée dans un laboratoire spécialisée pour être analysée et connaitre les pathogènes qu’elle porte. Demandez-nous la liste.

Pour aider les chercheurs à cartographier la présence de tiques en France, le projet Citique de l’INRAE est né. Vous pouvez :