La Provence : « Une nouvelle maladie transmise par les tiques », juin 2007

PAR SOPHIE MANELLI
Publié le 01/06/2007 à 05:19, La Provence

 

Si, au retour d’une promenade dans la garrigue, un gros anneau rouge se forme subitement sur une partie de votre corps, c’est encore la faute au réchauffement climatique… Le mécanisme, beaucoup plus insidieux qu’un tsunami, concerne les parasites, virus et autres microbes vecteurs de maladies transmissibles à l’homme. Car ces micro-organismes, eux aussi, sont déboussolés par l’élévation des températures (+4,4ºC d’ici à 2100, prédisent les experts).

Comment les migrations des espèces animales (et des parasites dont elles sont porteuses) vont-elles influer sur la santé de l’homme? C’est le thème du symposium international organisé aujourd’hui et demain à Marseille par le laboratoire Merial. Mais revenons à notre anneau. « Ce placard rouge, plus clair au centre est le symptôme caractéristique de la maladie de Lyme, qu’on observe depuis quelques années dans la région, alors qu’elle ne concernait jusque-là que le massif central et l’Alsace. La bactérie portée par la tique semble donc avoir migré vers le sud », explique le Pr Michel Drancourt, microbiologiste marseillais, spécialiste des maladies transmises à l’homme par les insectes hématophages (tiques, moustiques et puces).

Non traitée par antibiothérapie, la maladie de Lyme, qui survient après une piqûre de tique, « peut entraîner des polyarthrites, des méningites, des encéphalites, des atteintes oculaires avec perte de la vision ». D’où la nécessité d’un diagnostic précoce (par simple prise de sang). Et pour la prévention, une bonne douche s’impose après toute promenade dans la garrigue, en insistant sur les oreilles, le pli des fesses et les zones génitales, parties du corps humain dont raffolent nos amies les tiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *