Audition par la commission des Affaires Sociales, Assemblée Nationale

A la demande de 2 députés, Jeanine Dubié et Stéphane, Viry, la commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale a procédé à 3 auditions sur la maladie de lyme les mercredis 16 et 23 septembre : une avec les soignants, une avec les associations de malades et la dernière avec les instances sanitaires. France Lyme était représentée par sa présidente et un bénévole.

Nous retiendrons de ses auditions :

–          Sur le terrain médical et scientifique, nous avons assisté à l’irrémédiabilité du conflit : chacun campe sur ses positions et malgré les questions pertinentes des députés, il n’y a aucune avancée notoire à retenir. C’est bien navrant car, dans la finalité, ce sont une fois de plus les malades qui trinquent. Nous saluons au passage le courage de tous les médecins, spécialistes ou généralistes, qui soignent la maladie de Lyme et les maladies à tiques. La précision de leurs discours et la fermeté de leur position doivent nous permettre de garder espoir.

–          Au niveau des associations, les débats ont permis de couvrir assez largement toutes les problématiques qui se posent : manque de prise en charge, inadéquation des Centres de Référence, isolement des malades, besoin de financement pour la recherche, nécessité d’une bonne hygiène de vie…. La situation dramatique a été présentée très clairement et surtout des pistes de travail et des propositions ont été soumises par les différents acteurs. Il faudra veiller à ce que ces demandes ne restent pas lettre morte. Nous devrons maintenir une présence accrue auprès des élus dans les mois qui viennent.

–          Enfin, en ce qui concerne les instances sanitaires, il est fort regrettable de constater que les discours sont de façade et qu’à écouter les échanges, il semblerait que tout aille bien et que le maximum soit fait pour faire avancer la situation des malades. C’est un leurre et c’est inadmissible. Alors nous allons continuer à œuvrer pour obtenir enfin une reconnaissance et une prise en charge digne de ce nom.

A nouveau, nous remercions chaleureusement les députés à l’initiative de ces auditions et tous ceux qui y ont assisté. 

Pour revoir les auditions :