Communiqué de presse – DEPOT DE PLAINTE 1er Aout 2019

ASSOCIATION FRANCE LYME CONTRE LA SPILF

Le jeudi 1er aout 2019, l’association France Lyme a adressé à Mr le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Paris une plainte contre la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), pour mise en danger délibérée de la personne d’autrui, atteinte involontaire à l’intégrité d’autrui et non-assistance à personne en danger.

L’association, représentée par Maitre Thomas Bénagès, a pour objet d’échanger et de diffuser des informations sur les maladies transmises par les tiques, et d’en assurer la prévention. Elle alerte les pouvoirs publics et les structures de recherche publique ou privée, pour une meilleure reconnaissance et prise en charge des malades, au travers d’actions militantes.

L’Association a également pour but de lutter contre les idées fausses et la propagande de désinformation diffusées par les partisans du déni de cette maladie.

L’association France Lyme, ainsi que nombreux acteurs associatifs et institutionnels sont confrontés au refus systématique de la SPILF, dans ses recommandations à destination des médecins, de reconnaître la version chronique de la maladie de Lyme et ses co-infections. De plus, les recommandations de la SPILF sont fondées sur l’utilisation de tests non fiables afin d’écarter d’emblée la maladie au stade chronique. Dès lors, les médecins qui suivent la position de la SPILF ne peuvent aider les patients atteints de la forme chronique de Lyme et des co-infections.

Or les malades chroniques de Lyme sont dans une réelle situation de péril. Certains sont dans une situation de handicap incontestable et d’autres risquent de se retrouver dans cette situation si rien n’est fait en leur faveur. Sans reconnaissance de la forme chronique de la maladie, aucune amélioration de l’état de santé des malades n’est envisageable.

Dès lors, la position de la SPILF, relayée par de très nombreux médecins, entraîne pour les malades des souffrances inutiles au lieu de les soulager et prolonge de ce fait les agonies des patients.

Il convient également de rappeler que la SPILF a refusé de se rendre à une réunion à la Haute Autorité de Santé le 10 juillet 2019 dernier. En cela, elle refuse d’apporter son concours à l’action entreprise par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé et de l’éducation sanitaire alors que le Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques a été lancé par le ministère de la santé depuis 2016.

La plainte de l’association France Lyme vise à dénoncer le fait que la SPILF a publié un document allant à l’encontre des recommandations de la HAS niant toute forme chronique et persistante de la maladie de Lyme et co-infections éventuelles. Or, il s’agit d’un réel problème de santé publique qui, non seulement, concerne la vie et le quotidien de milliers de personnes mais aussi entraînerait un coût médical, social et économique conséquent. En agissant de la sorte, la SPILF met délibérément en danger les malades de Lyme.

Le fait, pour la SPILF, de ne pas reconnaître la forme chronique de la maladie de Lyme et ses co-infections porte donc atteinte à l’intégrité de milliers de patients en France.

Par cette plainte l’association France Lyme entend également dénoncer la négligence de la part de la SPILF, dans l’appréciation de la situation des personnes atteintes de la maladie de Lyme dans sa forme chronique.

Ainsi, refuser de reconnaître la forme chronique de Lyme, comme le fait la SPILF, c’est également refuser de porter assistance à une personne en danger.

Contact : presse@francelyme.fr